Ana Llanes, flamenca inspirée et polyglotte de la danse (2/2)

Voici la suite du portrait-interview haut en couleur d’Ana Llanes, danseuse et chorégraphe à la personnalité riche et attachante, qui anime les cours de danse de niveau intermédiaire et avancé à la Peña A Contratiempo. Retrouvez la première partie de cet entretien sur cette page si vous ne l’avez pas encore lue !

  Ana Llanes« Depuis combien de temps donnes-tu des cours de danse flamenca ?

Je donne cours depuis 2007, donc -wow- ça fait une décennie ! J’ai enseigné et partagé le peu que je sais avec des élèves au Canada, à Jerez même, en Turquie et en Belgique.

Quel professeur souhaites-tu être ? Que souhaites-tu transmettre à tes élèves ?

C’est une très belle question. J’ai un conflit viscéral avec l’autorité et le fait d’imposer des idées ou d’avoir un pouvoir sur les autres. Donc ma philosophie de base c’est de partager des informations et des connaissances mais également d’inspirer une certaine auto-discipline chez mes élèves. Je valorise aussi la créativité, leur envie d’évoluer, de bosser pour eux-mêmes et pas en fonction du prof. Je me vois plus comme un guide. Aussi, lorsque je vois mes élèves qui s’énervent ou se manifestent de la frustration, j’essaie d’adopter la mentalité zen et je leur dis « ce qu’on fait ici c’est à la fois très important et aussi pas du tout » ! Suivre un cours de danse c’est en partie pour s’éloigner des banalités de la vie quotidienne, cela doit être édifiant mais aussi plaisant… Le but chez la plupart de mes élèves c’est bien sûr de mieux maîtriser cet art mais ce n’est pas une « question de vie ou de mort » comme ça l’est pour nous qui en vivons. Alors j’essaie de les pousser, de les inspirer, mais avec la main douce. Je cherche un bon équilibre entre la critique et des louanges.

Ana Llanes est-il ton nom de scène ?

Llanes est le nom de famille de ma grand-mère maternelle que j’adorais. Sinon mon nom de famille est Lawson, que j’adore aussi. Ce sont des Acadiens-indigènes-Ecossais du Canada. Ces derniers temps j’essaie d’utiliser un peu les deux.

Quels sont les artistes d’aujourd’hui, danseurs, chanteurs, guitaristes, qui t’inspirent le plus et pourquoi ?

Ça peut avoir l’air snob de dire cela mais je n’aime pas trop ce que produit le milieu flamenco ces dernières années. J’apprécie beaucoup la danse et la créativité de Cristina Hall. Côté musique, bien que moi, en tant que danseuse, j’aie tendance d’être assez excentrique, voire surréaliste à la limite, ce qui me plaît c’est la virtuosité minimaliste, le style ancien et cru. Pour moi Moraíto était « una bomba » ! Il y a un couple que j’admire beaucoup, c’est Alicia Carrasco et José Manuel Léon. J’ai eu la chance de collaborer avec Alicia pendant à peu près de trois ans. C’est une artiste à la fois très douée, très novatrice mais aussi avec beaucoup de connaissances. Elle a même le courage de s’affronter à divers sujets politiques dans ses œuvres, ce que je trouve très important dans le monde actuel. Son mari, José Manuel Léon, c’est un génie de la la guitare. En juin (2018, NDLR), nous avons donné ensemble, avec ma chère collègue Martine Haesen, un stage de bulerías de Jerez avec l’objectif de danser avec la guitare et le chant, savoir entrer, rematar, etc. On aimerait le refaire ! Sinon, j’écoute pas mal de métal et de musique classique ces derniers temps !

Est-ce que tu « crois » dans le duende ?

Oui ! Mais il n’est pas exclusif au flamenco. Cela fait quelques années que je me consacre plus à l’étude du butoh et les danses japonaises, et ce concept de duende y est très présent aussi… Puis même en jouant la batterie et en composant de la musique , il y a des moments où on éprouve ce que tu pourrais appeler le duende

On peut en parler dans deux sens, celui où on l’éprouve en tant qu’artiste, sur scène ou en pratiquant notre art tout à fait seul. Puis il y a le duende que nous témoignons en tant que spectateur, d’un spectacle quelconque, ou même en tant que spectateurs des mystères de la nature.

Le duende, pour moi c’est le moment où on est si présent que le passé et le futur disparaissent. C’est arrêter le temps. Ce sont des moments complets…Cela peut être tout simplement le moment où on sent l’odeur enivrante d’une pluie d’été. Il ne s’agit pas exclusivement d’un état d’esprit, mais aussi d’une perception très aiguë du monde qui nous entoure…une profonde sensibilité. Il faut donc être disponible pour le percevoir. Sinon ça s’évapore…

Quelle place occupe le flamenco dans ta vie aujourd’hui ?

Ana LlanesBien que le flamenco soit la base pour moi, et mon métier principal, j’oriente en ce moment mes énergies vers la batterie et le butoh. J’ai eu un peu une « overdose » de flamenco, après quatre ans à Jerez (rires) !!

J’essaie de créer une synthèse, un style à part qui incorpore tout cela. Je crois d’ailleurs que ce sont des choses très complémentaires. En tant qu’artiste, je aussi assez occupée en ce moment avec mon groupe de métal et avec des projets au sein de la compagnie de danse « Radical HeArts » de Pé Vermeersch dans laquelle on explore des éléments de et de butoh. Le flamenco fait partie de mon identité c’est clair, mais c’est plutôt, en ce moment là, un élément, un ingrédient dans une recette qui en intègre plusieurs. »

Pour vous inscrire aux cours d’Ana Llanes

(lundi 19h Intermédiaires, lundi 20h30 Avancés en 2018-2019), cliquez ici !

Découvrez la première partie de cette interview ainsi que le portrait de La Liz, qui anime les cours Débutants et Initiés !

Publicités

Une réflexion sur “Ana Llanes, flamenca inspirée et polyglotte de la danse (2/2)

  1. Pingback: Ana Llanes, flamenca inspirée et polyglotte de la danse (1/2) | Peña A Contratiempo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.