Ana Morales : « Quand je danse, je me laisse envahir par tout ce qui se passe »

Ana Morales dessine depuis plusieurs années une trace singulière dans le paysage du flamenco, distinguée par les prix de danse les plus prestigieux. L’émotion toute en retenue qui se dégage de sa danse et vibre jusqu’au bout de ses doigts imprime une pureté très contemporaine aux figures consacrées du baile. A quelques jours de son spectacle « Una mirada lenta », le 30 novembre à Mouvaux, elle présente ici les étapes de son parcours et ses sources d’inspiration.

« Quel sens as-tu souhaité donner à ton spectacle « Una mirada lenta » ?
C’est un spectacle de danse flamenca qui a été créé avec l’intention de travailler la qualité du mouvement à partir de la lenteur, la plasticité et la liberté d’habiter un espace. Dans cette pièce, il y aura des moments d’improvisation et des chorégraphies établies mais pas d’histoire spécifique…

Comment décrirais-tu ton style de danse, ta façon de danser ?
Je pense que mon style est élégant et minimaliste. Il relie la tradition et la contemporanéité. A partir de cela, j’ai ma propre façon de comprendre le flamenco. J’ai créé mon style au fil des ans et j’ai forgé ma personnalité petit à petit depuis la danse et la tradition du flamenco, qui m’ont inspirée, et toutes les formes de danse qui m’ont accompagnée tout au long de mon apprentissage et de mes expériences de vie.

Comment le flamenco est-il entré dans ta vie ?
Le flamenco est entré dans ma vie de façon naturelle parce que c’était quelque chose d’habituel à la maison. Mon premier souvenir de flamenco se passe dans mon village, quand j’étais enfant, le jour où j’ai vu danser un groupe de petites filles d’une peña flamenca. C’est ce jour-là que j’ai décidé que je voulais danser et ensuite je n’ai jamais voulu faire autre chose…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quels professeurs t’ont le plus marquée durant ton apprentissage ?
La première professeure qui m’a vraiment poussée à avoir un bon apprentissage fut Pilar Cambra. Ensuite quand je suis arrivée à Séville (à 16 ans, NDLR), beaucoup de professeurs et de professionnels m’ont guidée.

Quel type de flamenco te fait vibrer aujourd’hui ?
Tout type de flamenco qui est créé dans l’authenticité, avec cohérence, et dont le pouvoir de transmission pénètre ma peau…

ana moralesQuels sont les artistes d’aujourd’hui qui t’inspirent le plus ?
Tout artiste capable de me surprendre dans ses spectacles m’inspire ! Évidemment, il y a Israel Galván, Andrés Marín, Rocio Molina, Olga Pericet ou Patricia Guerrero, des chanteurs comme Antonio Reyes, Rocío Márquez, Rosario La Tremendita, Esperanza Fernandez… Impossible de tous les citer ! Je me sens connectée avec eux, avec leur manière de créer le flamenco actuellement…

Comment choisis-tu les chanteurs, les guitaristes et les palmeros qui t’accompagnent sur scène ?
Je les choisis pour leur affinité avec le concept du spectacle, pour leur énergie et leur personnalité qui correspondent au spectacle que je suis en train de créer à ce moment-là.

Peux-tu nous raconter ta première rencontre avec le duende ?
Mmmh, je ne m’en souviens pas… J’imagine que j’étais toute petite , j’ai été entourée par l’art très jeune. Mais je peux te parler de la dernière fois où il est venu nous voir (rires), au théâtre de Sète (le 15 novembre, NDLR) !

Quelles émotions t’habitent quand tu danses ?
Cela dépend du moment et du spectacle que j’aborde… Je suis très sensible quand je danse et je me laisse envahir par tout ce qui se passe à cet instant…

ana moralesQuels sont tes projets pour les prochains mois, les prochaines années ?
Je me plonge avec plein d’espoir pour l’année qui arrive dans un nouveau spectacle, un travail sur l’équilibre et le déséquilibre ! Et nous continuons la tournée de « Sin permiso », mon dernier spectacle. Au-delà, j’espère continuer à danser et à créer car c’est ce qui me fait avancer dans cette vie.

Comment abordes-tu la représentation de ton spectacle, Una mirada lenta, le 30 novembre à Mouvaux ?
Nous allons à Mouvaux avec beaucoup d’enthousiasme et l’envie de partager avec le public notre flamenco ! »

Découvrez le programme de la noche flamenca « Una mirada lenta » avec Ana Morales le 30 novembre, à Mouvaux, sur cette page !

Pour réserver vos places (et bénéficier du tarif de prévente en ligne), rendez-vous sur Helloasso !