Leonor Leal, la généreuse

Leonor©FelixVázquez

Leonor Leal vient de Jerez, une petite ville du sud de l’Andalousie, un des berceaux du flamenco. Elle raconte ici son parcours singulier, les détours qui l’ont menée vers le flamenco et ce qui fait, aujourd’hui, l’originalité de son approche de la danse. Un moment de sensibilité flamenca à l’état pur en attendant son précieux spectacle du samedi 21 mars à la Condition publique.

Tu es de Jerez alors on imagine que tu es imprégnée de flamenco depuis toujours. C’est le cas? Est-ce que le flamenco était présent dans ta famille?

L.L. : Eh bien en réalité à Jerez, toute petite je me suis plutôt formée à la danse classique et espagnole. Le flamenco se trouvait dans mon contexte social mais pas dans ma famille. Ce fut plus tard, à l’âge de 18 ans que je me suis véritablement concentrée sur le flamenco avec des professeurs de Jerez et Séville et très vite j’ai commencé à danser dans des compagnies.
Lire la suite

Publicités